Lettre de constestation pour une amende concernant le franchissement d'un feu rouge, adressée au tribunal de police et rigoureusement retranscrite au mot et à la lettre :

  Madame, Monsieur

  Tout d'abord, je vous adresse mes excuses de ne pas avoir écrit cette lettre dans le temps imparti mais étant épuisé par le boulot je n'ai pas pu m'y mettre sérieusement.

  Donc j'aimerai contesté cette amende ci-jointe et un comportement plutôt révoltant de deux de vos officiers de polices. Ces derniers m'arrêtent donc presque 1 kilomètre après le lieu ou ils pensent m'avoir vu griller un feu rouge. Je roulais assez vite je pense, mais je n'aurais jamais grillé un feu car pour moi c'est inutile, j'en ai un en bas de chez moi que je ne grille jamais donc c'est pas à un carrefour que je vais me le permettre. Ensuite nous allons parler du contrôle de police. Les officiers me contrôlent, me demandent mais papiers, que je donne très poliment et sans aucune agressivité de ma part. Ils me posent plusieurs questions dont "Avez-vous grillé le feu rouge ?", je réponds : "Non". Et voila que l'un des officiers se met à m'agresser tout en me disant que je l'insulte de menteur, l'autre officier s'en va avec mes papiers qui étaient tous en règle bien sûr. A la suite de l'agressivité de la jeune officière, je monte sur mes chevaux et je lui dis de ne pas me parler comme si j'étais son fils, sa coéquipière me calme et j'ai arrêté de discuté car pour eux ils avaient totalement raison, je cite : "On a toujours raison, on est la justice". A partir de ce moment là, je n'ai plus chercher à aller à leur encontre, et j'ai décidé de vous écrire.

  Moi, je vous répète que je n'ai aucun feu rouge, et je demande de la clémence de votre part. je suis en permis probatoire et c'es ma première amende que je conteste et surtout la première ou je perds des points.

  Je vous remercie d'avance et je m'escuse de dérangement car j'imagine que vous devez en recevoir souvent des lettres de réclamations ou contestations.

                         Je vous prie d'agréer mes plus plates escuses, tout en attendant votre réponse.

                                                                                                                                Mr xxxxxxxx

Un rapport m'a été demandé par ma hiérarchie afin de donner mon avis par rapport à cette lettre et les circonstances de la verbalisation. En tant qu'agent verbalisateur, voici ma réponse :

  OBJET : AVIS SUR UNE DEMANDE D'INDULGENCE

  J'ai l'honneur de vous rendre compte des faits suivants :

  Le xx/xx/200x j'étais en service et faisais partie de la patrouille indicatif xxxxxxx. Je patrouillais dans le secteur de xxxxxx en compagnie du Brigadier xxxxxx et du Sous-Brigadier xxxxxx. Au croisement de l'avenue xxxxxx et de la rue xxxxxx nous avons constaté qu'une Opel Astra franchissait le feu rouge fixe à très vive allure et de façon très franche. Nous avons donc pris en charge le véhicule et lui avons demandé avec toutes pratiques réglementaires de se stationner. Ce dernier a obtempéré et nous avons entrepris de contrôler les documents afférents à la conduite et à la circulation du véhicule auprès de son conducteur.

  Le véhicule concerné était occupé de quatre individus. Nous avons informé le conducteur du motif de notre contrôle et de la rédaction d'un Timbre-amende pour franchissement d'un feu rouge fixe. Le conducteur s'est tout de suite insurgé et a commencé à élever la voix. Tous les occupants du véhicule, y compris le conducteur, sont sorti et se sont rapprochés de très près de chacun de nous dans le but vraisemblable de nous intimider. Malgré nos injonctions les occupants ont refusé de regagner le véhicule et il a fallu lourdement insister pour qu'ils daignent enfin s'exécuter; nous avons d'ailleurs fait appel à l'équipage BAC xxxxxx afin qu'il nous appuie.

  Je précise que j'ai eu beaucoup de mal à finir mon Timbre-amende tant les occupants venaient me voir et tapaient à la vitre du véhicule de service afin de me demander de ne pas verbaliser.

  Le contrevenant précise dans sa lettre que nous lui avons dit : "on a toujours raison, on est la justice". Ni moi ni aucun fonctionnaire de l'équipage xxxxxx présent sur le contrôle n'a tenu de tels propos. Par contre j'ai clairement dit au conducteur que continuait à crier à l'injustice alors que je lui remettais ses papiers ainsi que son Timbre-amende que nous étions des agents de constatation à l'article 20 du code de procédure pénale et que nous avons effectivement constaté que le feu rouge avait été franchi, allègrement d'ailleurs (au moins deux secondes).

  Nous n'avons par relevé la vitesse excessive de ce monsieur en permis probatoire alors qu'il le méritait très largement. Son attitude vis à vis de la vitesse et du franchissement du feu rouge a constitué un danger pour lui-même, pour les occupants du véhicule mais aussi et surtout pour les usagers de la route. Considérant que nous avons été déjà largement indulgents avec ce monsieur par rapport à la vitesse et que ce dernier ainsi que les occupants du véhicule ont eu une attitude arrogante et déplacée, voire presque outrageante à notre égard, je vous informe que je ne suis absolument pas favorable à une indulgence.

                                                                                                      

--------------------------------------------------------------------

Une phrase qui revient très souvent : "Il était orange !"... Sauf qu'il était bel et bien rouge. Peut-être que le contrevenant a vu le feu tricolore en position "orange" juste avant de le franchir, mais lorsqu'il a reporté ses yeux sur la route, le feu est tout simplement passé au rouge.

Bien malin celui qui franchit un feu rouge croyant que se sera comme d'habitude, et surtout que l'on ne vienne pas lui casser les bonbons... bien malin quand un corps voltige, quand une vie se brise...

Une autre réplique qui est aussi assez récurrente : "Vous n'avez que ça à faire ?"

La famille du pauvre piéton qui n'a rien demandé à personne (vidéo ci-dessous) et qui se fait envoyer en l'air par un type qui franchi le feu rouge, voudrait-elle que la police fasse autre chose que de s'occuper des feux rouges ?

Ce que j'entends aussi régulièrement : "Il me restait que trois points, et maintenant je n'en ai plus. J'ai besoin de ma voiture pour travailler, bravo, vous venez de faire un chômeur !"

SOYEZ RESPONSABLE ET NE VOUS EN PRENEZ PAS AUX AGENTS VERBALISATEURS. SI VOUS PERDEZ VOS POINTS, C'EST UNIQUEMENT DE VOTRE FAUTE.